L’une des pièces de la maison où l’on génère beaucoup de déchets sans forcément s’en rendre compte : la salle de bain. Vous retrouverez dans cet articles des conseils et astuces pour facilement amorcer et continuer votre transition vers un mode de vie zéro déchet.

Les cotons tiges

Un coton tige, à quoi ça sert exactement ?

À l’origine le coton tige a été conçu pour nettoyer les zones difficiles d’accès chez le nourrisson comme le nombril par exemple. Le détournement a vite eu lieu et le coton tige est devenu un incontournable pour se nettoyer les oreilles en enlevant l’excès de cérumen (sécrété pour protéger le tympan) malgré les réticentes des médecins ORL.

Pour une bonne utilisation des cotons tiges, ils doivent être utilisés uniquement dans le pavillon et non dans le conduit auditif car un coton tige introduit trop profondément peut pousser le cérumen plus loin vers le tympan et causer des bouchons.

Une utilisation répétée de cotons-tiges peut provoquer des réactions inflammatoires d’irritation (otite externe), et parfois même, de façon accidentelle, une perforation du tympan. Il ne faut donc pas l’insérer au-delà d’un centimètre de profondeur : on enlève juste l’excès sur le pavillon !

Le coton-tige, ennemi des océans

Autre point noir du coton tige (enfin plutôt des utilisateurs) c’est le traitement des cotons tiges usagés… En effet, “beaucoup de personnes jettent leur coton tige dans la cuvette des toilettes au lieu de les jeter dans la poubelle de la salle de bains” expliquait Antidia Citores, porte-parole de l’association Surfrider Foundation Europe. C’est ainsi qu’on se retrouve avec des tonnes de petits bâtonnets rejetés en pleine mer.

En 2015, l’organisation non gouvernementale internationale Surfrider Foundation Europe indique que plus de 16 000 bâtonnets de plastique sont retrouvés dans les rivières ou sur les littoraux européens. Cela représente trois tours Eiffel et demie. Depuis 2020 en France (et à partir de 2022 dans l’UE), la vente de coton tige en plastique est interdite (hors secteur médical).

risque coton tige nature ocean

“Sewage Surfer” by Justin Hofman/
2017 Wildlife Photographer of the Year

Quelles atlernatives zéro déchet au coton-tige ?

Désormais les bâtonnets sont en bois ou en carton (et donc compostable) mais produisent toujours des déchets. Des alternatives au coton-tige existent pour garder pour garder ses oreilles propres. On peut utiliser des cure-oreilles réutilisables, des sprays auriculaires ou encore le sérum physiologique. On peut aussi les nettoyer simplement avec de l’eau et du savon que l’on applique au lobe et au pavillon de l’oreille, sans introduire de corps étranger dans le conduit.

Les cotons démaquillants

Après le coton tige, voici un autre produit régulièrement jeté dans la salle de bain : le coton démaquillant.

Mon expérience avec les cotons démaquillants

Dans mon cas, sachant qu’il me fallait au minimum 2 disques de coton pour me démaquiller (1 pour les yeux, 1 pour le reste du visage) et que je maquille en moyenne 5 jours / 7, puis le petit coton du matin pour nettoyer le visage avant de mettre ma crème ça représente environ 884 petits disques par an (soit 9 paquets) qui finissent à la poubelle… (Niveau zéro déchet, c’est vraiment pas terrible). Mais cela fait déjà plusieurs années que j’ai abandonné ces fameux petits disques.

Pour la petite histoire, à cette époque je travaillais en pharmacie et un commercial venait nous présenter son nouveau gant de toilette révolutionnaire qui démaquillait juste en le mouillant même le maquillage waterproof et nettoyait la peau au passage. Comme je n’étais pas si convaincue par son discours, il m’en avait laissé un en essai. Résultat : Le gant m’a servi pour me démaquiller le visage mais pas les yeux : je trouvais le gant trop agressif. Cela m’a tout de même permis de diminuer ma consommation de disque démaquillant.

Puis le concept s’est démocratisé, les marques se sont multipliées et j’ai pu tester un autre petit gant qui était assez doux pour les yeux. En plus j’ai été agréablement surprise par leur tenue dans le temps. Je les lave au savon après chaque utilisation et à 90°C une fois par semaine et ils sont toujours aussi propre efficace.

” 5263 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kilo de coton “

Autre argument qui donne envie de se débarrasser des cotons démaquillants , ce chiffre : 5263. C’est le nombre de litre d’eau qu’il faut pour produire seulement 1 kilo de coton (Source : CNRS ) . La culture du coton est l’une des plus consommatrices d’eau. En plus, à lui seul, le coton consomme 24% des pesticides mondialement produits, dont certains classés par l’OMS comme “hautement” voire “extrêmement dangereux”.

Et pour finir, pour obtenir de jolis petits cotons bien blanc, les industriels utilisent du chlore, des métaux lourds comme le plomb et le chrome ou des agents azurants (molécules chimiques qui permet de superposer une couleur qui en s’additionnant à celle du matériau naturel donnera la couleur blanche : exemple utiliser du bleu pour contrer l’effet jaune). Ces agents azurants sont très peu biodégradables.

Fini le jetable, place aux réutilisable !

Pour remplacer les cotons démaquillants à usage unique, et faire un pas de plus vers le zéro déchet, on peut utiliser des lingettes réutilisables. Celles-ci peuvent être en coton (mais pas forcément blanc 😉), en bambou, en eucalyptus ou en chanvre.

Quelles différences entre les matières ?

  • Les lingettes en coton conviennent à tous les types de peaux ;
  • Les lingettes fabriquées à partir de fibres de bambou ou de chanvre sont particulièrement adaptées pour les peaux grasses ou mixtes car elles ont une action absorbante sur le sébum et éliminent les impuretés ;
  • Les lingettes en fibres d’eucalyptus sont parfaites pour les peaux sèches et sensibles : elles sont souples et n’agressent pas le visage.

On peut même fabriquer ses propres lingettes démaquillantes.

lingette démaquillante zéro déchet
coton démaquillant

Le démaquillant

Cela fait des années que je n’utilise plus de produit pour me démaquiller grâce à mes petits gants magiques.  Et c’est principalement ce qui a résolu mon problème d’acné sur le visage. En effet, à l’époque je n’avais pas réussi à trouver la routine qui convenait à ma peau.

Maintenant que je suis plus à l’aise avec la composition des produits, je me suis vite rendu compte que les produits démaquillants comportent une grande quantité d’ingrédients, parsemées de composants douteux et nocifs pour moi et pour la planète.

Il existe une solution alternative naturelle pour se démaquiller le visage et les yeux (même le mascara waterproof) : l’huile végétale.

En effet, l’huile végétale élimine le maquillage car celui-ci est composé en majeur partie d’une base lipophile (qui aime l’huile). Pour l’utiliser, il suffit de verser un peu d’huile sur un disque démaquillant (réutilisable) et de le passer sur le visage et les yeux. On peut également se masser du bout des doigts pour bien décoller le maquillage. Pour finir, il suffit de se rincer le visage et nous voilà toute belle.

Une huile pour chaque type de peau

Attention, il est très important de choisir son huile en fonction de son type de peau : pour les peaux grasses, bannissez les huiles comédogènes pour éviter les boutons et pour les personnes ayant la peau est sèche, elles peuvent se permettre une huile plus riche.

Voici les huiles que je vous conseille en fonction de votre peau :

  • Pour toutes les peaux (comme ça pas de risque de se tromper) :
    • Olive
    • Jojoba
  • Peaux sèches :
    • avocat
    • amande douce
    • germes de blé
  • Peaux mixtes à grasse :
    • Nigelle
    • Noisette
    • Pépin de raisin
  • Peaux sensibles :
    • Amande douce
    • Lin
    • Calendula
  • Peaux matures :
    • Argan
    • Rose musquée
    • Onagre
  • Peaux ternes :
    • Abricot
    • Macérât huileux de carotte

Enfin si vous le souhaitez, vous pouvez créer votre démaquillant biphasé :

  • dans un flacon de 100ml propre et désinfecté (de préférence opaque pour protéger l’huile et l’hydrolat qui sont sensibles à la lumière).
  • Verser 50ml de votre huile végétale et 50ml d’hydrolat. Agiter bien avant chaque utilisation pour mélanger les 2 phases.
  • Votre démaquillant se conserve 1 mois à l’abri de la lumière (idéalement au réfrigérateur).

Voici les hydrolats que vous pouvez utiliser :

  • Le bleuet : idéal pour les yeux fatigués ou irrités
  • La lavande : apaisante et purifiante, elle est idéale pour les peaux grasses à tendance acnéique
  • L’achillée millefeuille : anti-inflammatoire, elle régule la production de sébum
  • La rose de Damas : anti-ride
  • La fleur d’oranger : elle convient à tout type de peau et donne de l’éclat
  • La camomille : apaisante, calmante et anti-inflammatoire

Le savon

Utiliser un savon en bloc s’avère très intéressant dans un objectif zéro déchet mais encore faut-il que la composition soit naturelle.

Les savons les plus intéressants sont les savons saponifiés à froid (SAF). Le principe est simple : la soude va réagir avec des molécules d’huile pour les transformer en molécules de savon et en glycérine.

Par exemple, dans le savon de Marseille, il y a 72% d’huile d’olive (c’est la condition pour obtenir l’appellation Savon de Marseille). D’autres huiles sont donc présentes dans ce type de savon : huile de coco (coprah), huile de palme, huile d’arachide, mais aussi du suif de bœuf ou de la graisse de porc (Saindoux). Ce sont ces différentes huiles qui donnent la couleur des savons de Marseille. Mais on peut aussi fabriquer des savons avec du beurre de cacao ou du beurre de karité.

Avec Atelier Natura, vous pouvez apprendre à fabriquer votre propre savon saponifié à froid où l’on retrouve uniquement de l’huile d’olive dans la composition. Et pour ceux qui préfèrent l’acheter directement, vous pouvez trouver des savons uniquement à base d’huile d’olive sur le site www.comme-avant.bio.

Produit savon naturel à Nantes (44)
Rasoir de sureté zéro déchet

Le rasage

Rasoirs pour homme, femme, à 2, 3, ou 4 lames : quelle différence ?

Il y a déjà plusieurs années j’ai fait un constat attristant : les grandes marques dont je tairais le nom vendent des rasoirs jetables pour femme BEAUCOUP plus chers que leur équivalents masculins sous prétexte que le manche est rose, violet, avec des petites fleurs, etc.

En plus d’être plus onéreux, les rasoirs pour femme rasent moins bien que ceux pour hommes. C’est quand même un comble….

Parlons maintenant de la folie des lames : on est passé de 1 à 2 puis 3 puis 4 et même 5 lames pour un rasoir… Si avec ça on n’a pas une peau de bébé et pourtant une lame suffit !

Le rasoir de sûreté

La bonne alternative est le rasoir de sûreté : un manche réutilisable à l’infini (ou presque) et 1 seule lame que l’on change que de temps en temps car elle est affûtée comme une lame de rasoir 🤣

Bien entendu, il faut faire attention, surtout les premières fois, prendre son temps et s’habituer car le rasoir est plus lourd qu’un rasoir jetable mais au final la manière de se raser reste la même.

La mousse à raser

Autre point noir du rasage : les bombes de mousse à raser. Certes elles sont en aluminium recyclable mais cela en fait toujours un déchet une fois vide. De plus les mousses contiennent souvent des substances allergènes.

Avec les rasoirs jetables (que j’utilisais plusieurs fois) j’avais abandonné la mousse car, n’ayant pas la peau sensible,  les bandes de gel intégrées me suffisaient. En revanche, avec le rasoir de sûreté il faut bien protéger sa peau sinon aïe aïe aïe les irritations.

Recette de mousse à raser naturelle

Voici une recette de mousse à raser naturelle qui permet un rasage tout en douceur pour nos jolies gambettes mais aussi pour la barbe de monsieur.

Ingrédients  :

  • 30g d’huile végétale (à choisir selon votre peau comme pour le démaquillant)
  • du savon liquide
  • 3 gouttes d’huile essentielle de tea tree

Recette :

  • Verser l’huile et l’huile essentielle dans un bol.
  • Ajouter peu à peu le savon en fouettant bien jusqu’à obtention d’une texture onctueuse.
  • Plus il y aura de savon, plus la texture sera aérienne. La préparation se conserve 4 semaines.

Ces conseils et astuces sont un bon moyen de commencer ou continuer votre transition vers le zéro déchet dans la salle de bain.